Le bio est-il meilleur pour la santé que le non bio ?

Le bio est-il meilleur pour la santé que le non bio ? Manger bio garantit-il un équilibre alimentaire ? Sciences et avenir a enquêté à ce sujet.

Le bio est-il vraiment meilleur pour la santé ?


Une méta-analyse parue dans le British Journal of Nutrition et publié en 2014 a permis de conclure que les produits issus de l’agriculture biologique ont quatre fois moins de pesticides que les aliments issus de l’agriculture classique. « Des travaux montrent que les urines des personnes adoptant une alimentation “bio” contiennent jusqu’à 10 fois moins de résidus de pesticides.

Parallèlement, certains d’entre eux commencent à établir un lien entre l’exposition à ces résidus et le surpoids », a ainsi précisé Denis Lairon, directeur de recherche à l’Inserm, dont les propos sont relayés par Sciences et Avenir. Les travaux de recherche des trente dernières années ont déjà su démontrer qu’il existe bien un lien entre l’exposition aux pesticides la maladie de Parkinson et le cancer de la prostate. Un lien prouvé aussi avec certains cancers hématologiques qui surviennent chez les agriculteurs et chez leurs enfants.

Manger bio est-il synonyme d’équilibre alimentaire ?


L’enquête française BioNutriNet menée en 2013 s’est intéressée à l’alimentation de 50.000 adultes, se concentrant principalement sur le critère « bio ». D’après les résultats de l’étude, l’alimentation bio fournit un apport calorique moyen similaire à l’alimentation dite conventionnelle. Elle note cependant que les adeptes du bio s’approchent davantage des recommandations nutritionnelles. Ces derniers consomment en effet plus de fruits (+31% chez les femmes et +20% chez les hommes), de légumes (+27% hommes et femmes confondus), mais aussi de légumes secs et de céréales complètes.

Ces derniers consomment également moins de charcuterie, de boissons sucrées type soda ou encore d’alcool. On peut donc dire que ces consommateurs de bio ont des apports plus importants en nutriments comme les vitamines et les minéraux, en raison d’une alimentation plus saine, plus que grâce à une plus faible teneur en pesticides.

Attention cependant, tous les aliments étiquetés bio ne sont pas forcément 100% sains. D’après Sciences et Avenir les cahiers des charges des labels bio sous entendent « qu’au moins 95 % des ingrédients des produits bio sont issus de l’agriculture biologique, et dans le cas des produits et sousproduits animaux, que les animaux sont principalement nourris avec des aliments bio. Ils limitent également la liste des additifs autorisés à 48 (moins pour certains labels privés) contre plus de 320 dans l’alimentation conventionnelle. En revanche, libre au fabricant de concocter la recette de son choix avec ces ingrédients, aussi grasse, salée, ou sucrée soit-elle », indique ainsi le journaliste de Sciences et Avenir.